Rencontre avec les deux candidats à la mairie

Rédigé en collaboration avec Colette St-Martin.

Le samedi 16 octobre se tenait une rencontre organisée par madame Suzanne Chartrand, de l’association du lac Trécarré et de ses tributaires dans une maison privée sur le chemin du lac Morency afin de rencontrer les deux candidats à la mairie.

Les représentants des associations des lacs de la municipalité avaient été invités et plusieurs ont participé à cette rencontre qui avait pour but de mieux connaître les engagements des candidats pour le thème de la protection de l’environnement et des lacs. Cette journée était présentée en deux volets, de 10 heures à midi avec monsieur Dagenais et de 13 à 15 heures avec monsieur Dionne Labelle. Une liste de questions avait été soumise aux candidats pour ouvrir les discussions, avant une période d’échanges avec le groupe.

Rencontre avec Yves Dagenais

Yves Dagenais s’est présenté avec une partie de son équipe, Chantal Lachaine qui débute un quatrième mandat et trois nouveaux conseillers, Sonia Tremblay, Bruno Plourde et Alain Lefièvre, qui ont été élus par acclamation. Monsieur Dagenais dit accorder beaucoup d’importance aux associations de lac, car elles représentent une bonne part de la population. Il suggère que les associations conservent un lien entre elles, un peu à l’image du Regroupement des associations de lac qui avait été mis sur pied à Saint-Hippolyte. Il pense que l’administration municipale et les associations peuvent travailler en synergie.

 

Les premières questions concernaient l’ensemble résidentiel en développement qui explose à Saint-Hippolyte. Monsieur Dagenais mentionne que malgré qu’aucune publicité ne soit faite pour attirer les nouveaux résidents et même le tourisme, les gens choisissent de s’installer dans notre municipalité en raison d’une réputation enviable d’être dynamique dans un environnement encore relativement intact. Il explique l’effet du moratoire découlant de l’Orientation 10, selon lequel les seuls développements possibles doivent avoir été lotis en 2018 ou avant, et ce jusqu’en 2028. Il se dit ouvert à une des mesures pour restreindre le développement après cette date, en fonction de la volonté de la population.

 

Le zonage a fait partie de la discussion surtout sur les secteurs permettant l’usage « récréatif extensible » qui comprend 71 sites, zonage qui donne droit notamment à l’exploitation de campings. Monsieur Dagenais explique les raisons qui ont mené à ce zonage. Il se dit d’avis que ce type d’usage ne représente plus la vision de la municipalité avant d’indiquer que c’est un processus lourd et que les changements s’effectuent en collaboration avec la MRC de la Rivière-du-Nord.

 

Yves Dagenais informe les gens que la municipalité a engagé un biologiste qui travaille de pair avec le conseil consultatif en urbanisme (CCU) et le conseil consultatif en environnement (CCE) concernant les nouvelles résidences, les bassins versants, les zones humides, le déboisement, etc. Il a également été question des RB&B qui sont maintenant interdits sur le territoire de la municipalité.

 

La qualité de l’eau des lacs est une préoccupation autant pour les riverains que pour les candidats, de même que le respect de la tranquillité et de la sécurité. Les droits de passage octroyés à plusieurs non-riverains lors de nouveaux développements, ainsi que les quais et embarcations ont aussi fait partie des discussions. Monsieur Dagenais s’engage à revoir les règlements concernant les plaintes et infractions. Les amendes devraient sans doute être plus dissuasives selon les participants. Il mentionne que les règlements doivent évoluer avec les changements de société et les réalités actuelles.

 

En réponse au questionnement concernant le Fonds vert, monsieur Dagenais confirme qu’il sera maintenu et pourrait même être augmenté de 5 à 10 %. Rappelons que le Fonds vert constitue une aide financière offerte aux associations pour des projets environnementaux. Pour conclure cette première rencontre, il a exprimé la volonté de son équipe à préserver la municipalité « belle et naturelle » et garder une politique de proximité avec les citoyens.

 

Rencontre avec Pierre Dionne Labelle

Pierre Dionne Labelle s’est présenté seul puisqu’il se présente à la mairie à titre indépendant. Il fait état de son arrivée à Saint-Hippolyte et souligne qu’il est résident permanent depuis 20 ans. Il rappelle qu’il a été élu comme député fédéral sous la bannière NPD avec Thomas Mulcair et fait état de ses implications dans la communauté. Monsieur Dionne Labelle se dit prêt, s’il est élu, à travailler avec les conseillers élus par acclamation, dont deux faisaient partie du conseil précédent et quatre débuteront un premier mandat.

 

 

Les mêmes questions sont abordées avec le candidat. Force est de constater que Monsieur Dionne Labelle partage plusieurs des préoccupations des associations de lac, mais comme il n’a jamais encore siégé au conseil municipal, il a une vision générale, mais exprime peu de solutions et d’engagements. Il souhaite que la municipalité fasse preuve de plus de respect envers les citoyens et soit plus transparente. Il voudrait notamment que le noyau villageois soit plus vivant et qu’il y ait des ressources d’hébergement pour nos ainés. Il se dit en faveur des mesures qui garderaient le caractère champêtre de la municipalité.

 

Une initiative appréciée

Tous les participants représentant diverses associations de lac ont bien apprécié l’initiative de Mme Chartrand. En plus d’avoir l’occasion de mieux connaître la position des deux candidats à la mairie sur la protection de l’environnement et des lacs, les représentants ont pu mieux se connaître et partager des préoccupations communes. Il s’agissait d’une première rencontre en personne après la mobilisation des associations concernant un projet de changement de zonage qui aurait touché plusieurs secteurs de la municipalité. Tous sont d’avis qu’il est important de faire entendre leur point de vue, notamment en votant en grand nombre le 7 novembre prochain.