Avez-vous le bon éclairage pour lire et écrire ?

 

Une évidence : le travail de lecture et d’écriture fait appel aux habiletés oculaires et visuelles. Or pour bien performer, les yeux exigent la présence d’un éclairage de qualité et d’intensité suffisante. Ce qui est essentiel à retenir : l’œil a été créé par et pour la lumière.

 

Voici quelques lignes de conduite à suivre :

Première ligne de conduite

Exécuter les travaux de lecture et d’écriture le plus souvent possible à la lumière du jour. Cela ne veut pas dire en plein soleil. Il faut, à tout prix, éviter l’éblouissement.

Deuxième ligne de conduite

S’assurer d’avoir l’intensité suffisante sur le livre ou la feuille. La norme est de 700 à 1 000 lux*. Les expériences ont démontré une amélioration de rendement avec l’augmentation de l’intensité de l’éclairage. Dehors, à l’ombre, l’intensité est de 3 500 lux. Près d’une fenêtre, côté nord, elle est de 2 000 lux.

Troisième ligne de conduite

Source d’éclairage : à éviter absolument les ampoules à filaments, les fluorescents et halogènes, sources irritantes pour les yeux.

Quatrième ligne de conduite

Pour le travail de lecture et d’écriture, les deux yeux doivent, en tout temps, recevoir la même intensité de lumière.

Cinquième ligne de conduite

Toute la surface de travail doit être uniformément éclairée.

 

*lux : intensité de l’éclairage mesurée au niveau de la tâche. Vous pouvez trouver un luxmètre sur les téléphones intelligents.