Les sentiers battus. Les fameux sentiers battus! En sortir, en matière de vin comme dans la vie, nous emmène souvent son lot de dépaysement et de découvertes, et ce, parfois à de rapports qualité/prix défiant toute concurrence. Y rester nous condamne souvent à la standardisation voire la banalité, sinon à payer… Normal. Les grandes appellations de ce monde (pensez par exemple Margaux, Meursault ou Brunello de Montalcino) sont à ce point établies et vénérées qu’elles n’ont que faire de vos maigres dollars, on fait la file pour venir y boire. Quant à celles qui pour diverses raisons possèdent notoriété et diffusion, alors là le bar est ouvert et on a tout et son contraire! Pensez ici petits Chianti, Bordeaux, Aligoté ou Brouilly, où les prix, même à portée, n’ont parfois d’égal que leur insipidité… Mais trêve de médisance et de railleries, Qui boira verra! tel un éclaireur n’aspire qu’à vous emmener ailleurs, de ne vous parler que des meilleurs! À taaaaable chers lecteurs, c’est l’heure!

 

Albente, Feudi di San Gregorio, Falanghina, 2018, Italie, 13,90 $, +14228356

Découvert réellement il y a de cela quelques années lors d’un voyage en Italie, le falanghina de la Campanie, cépage phare de la région, m’a laissé de vibrants souvenirs. Tellement aimé qu’à l’époque, deux semaines durant, je n’avais pratiquement bu que ça! C’est pourquoi, quand il s’en pointe un à la SAQ, chose plutôt rare malheureusement, je l’achète illico, question de nostalgie et de soif de ce merveilleux coin de pays! La dernière bouteille en date s’est débouchée la semaine passée et dans mon verre, à la première gorgée, me suis presque étouffé; les papilles en surexcitation, le portefeuille dans ma poche en convulsion!! Du fruit qui déborde! De la poire, de la pêche, du cantaloup, le genre de vin salade de fruits qui me réjouit! Bien sec, bien droit et pas de bois, étanche-soif comme il se doit! Et par la bande un véritable voyage à Napoli, comment dire (euh…), je n’en demandais pas tant à ce prix! L’aubaine de l’heure en blanc, goûter l’été en attendant le printemps!

 

 

 

Volalto, Altamente, Jumilla DO, 2018, Espagne, agrobiologique, 18,30 $, +14265775

Un espagnol maintenant et dernier coup de cœur en lice! Un aveu d’abord. Voilà une région (Jumilla pas l’Espagne!) d’où je me tiens habituellement assez loin, question de goûts personnels, d’accointances. Les trouve souvent chargés et caricaturaux ces vins, ce qui perso m’indiffère et me lasse au bout d’un verre… Mais comme toute généralisation entraîne exceptions, me voilà ravi à chaque fois que l’on me prouve le contraire, qu’au fond, tout est question de savoir-faire. Et cette cuvée faite de soleil m’a tout simplement enchantée! Du monastrell qui a enfin de la personnalité, une histoire à raconter! Car voyez-vous ici tout est posé. Certes c’est du costaud, du musclé, du fruit noir éclatant, concentré. Et oui aussi y’a du bois, mais qui chuchote juste assez pour qu’on le voie. Le tout se tenant bien monté, avec charme et exubérance, mais n’oubliant pas les maîtres-mots devant résonner; sapidité, buvabilité. Bref, un vrai beau vin d’hiver pour vos braisés, qui donne à boire et à manger. Maîtrisé et signé Altamente! Longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur à Jumilla! À qui de droit, bien à vous, chapeau bas…