Une nouvelle réserve pour le CRPF

La réserve naturelle du Parc-des-Falaises, propriété du CRPF, a été créée en 2011. Depuis cette date, l’organisme a fait l’acquisition d’autres propriétés qui recevront, elles aussi, le statut de réserve naturelle dans les prochains mois.

 

Le CRPF a pour mission de protéger les propriétés dont il fait l’acquisition et d’en soutenir l’utilisation écoresponsable. Chaque fois que l’organisme achète un terrain privé, celui-ci devient automatiquement protégé à perpétuité. Dans ce contexte, on pourrait se demander : qu’est-ce que le statut de réserve naturelle vient ajouter à la protection du territoire géré par le CRPF ?

 

Quand un territoire est désigné comme réserve naturelle, « c’est la Loi sur la conservation du patrimoine naturel qui vient le protéger », déclare Éricka Thériot, biologiste et coordonnatrice au CRPF. Certes, le CRPF peut très bien assurer la conservation des propriétés dont il a la charge mais le statut de réserve naturelle vient renforcer cette protection. Dès que ses propriétés reçoivent ce statut, elles sont doublement protégées : à la fois par le CRPF et par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

 

Comment obtient-on le statut de réserve naturelle ? Mme Thériot explique qu’il faut d’abord faire une demande écrite au MELCC. Cette demande contient entre autres les documents d’arpentage, la preuve de propriété, les cartes topographiques qui indiquent les infrastructures présentes sur le territoire et la caractérisation écologique qui documente la présence d’espèces rares ou vulnérables ou de milieux humides s’il y a lieu. La demande doit aussi détailler les activités qui seront permises sur le territoire ainsi que les mesures de conservation que l’organisme prévoit mettre en place pour garantir l’intégrité écologique du territoire. Ceci implique que le CRPF doit, avant même de présenter une demande au MELCC, de très bien connaître ses propriétés et d’avoir réfléchi sur le type d’usages qui pourront être adéquatement encadrés dans le futur.

 

Lorsque la demande est acceptée par le MELCC (après un délai d’un an ou deux), le CRPF et le Ministère signent une entente devant notaire et la réserve naturelle est officiellement créée. Mme Thériot espère que l’entente pour la deuxième réserve du CRPF sera conclue d’ici l’été 2022. À noter que pour les visiteurs, il n’y aura pas de frontières visibles entre les deux réserves du CRPF. Et les deux réserves porteront le nom de Parc-des-Falaises1.

 

Le travail est loin d’être terminé après l’obtention du statut de réserve naturelle. En effet, tous les cinq ans, l’organisme doit présenter au MELCC un rapport qui indique entre autres tout problème survenu dans la gestion du territoire, toute perturbation majeure dans l’aire protégée et toutes les actions entreprises pour en maintenir l’intégrité écologique. Tout ceci implique une surveillance constante des lieux. C’est pour cette raison que le CRPF emploie des bénévoles qui patrouillent dans les sentiers et informent les usagers de la réglementation liée au statut de réserve. Des biologistes du MELCC peuvent en outre, à tout moment, venir visiter les lieux pour s’assurer de leur bonne gestion.

 

Fait intéressant, puisqu’une réserve naturelle est, par définition, un type d’aire protégée en milieu privé, il en découle que toute personne peut faire une demande auprès du MELCC pour obtenir le statut de réserve naturelle pour sa propriété. C’est ce qu’affirme Éricka Thériot qui ajoute qu’évidemment, la propriété doit avoir une superficie minimale et avoir été laissée à l’état naturel, mais elle ne doit pas nécessairement contenir des espèces rares ou des milieux humides pour être considérée par le Ministère. Le propriétaire qui se lance dans cette démarche doit investir temps et argent pour obtenir ce statut, mais selon la coordonnatrice du CRPF, le Ministère soutient les particuliers en leur offrant par exemple les services d’un biologiste pour effectuer la caractérisation de leur propriété. Ce soutien n’est pas offert aux organismes qui doivent, eux, faire tout le travail pour obtenir le statut de réserve naturelle et s’assurer ainsi que les terres dont ils ont la responsabilité seront protégées à perpétuité.

 

À propos du CRPF

Le Comité régional pour la protection des falaises œuvre depuis 2003 pour la protection et l’utilisation écoresponsable d’un territoire de 16 km² doté de caractéristiques écologiques exceptionnelles et s’étendant derrière les escarpements de Piedmont, de Prévost et de Saint-Hippolyte. www.parcdesfalaises.ca

 

Cet article est publié simultanément dans le Journal des citoyens (Prévost, Piedmont et Sainte-Anne-des-Lacs) et le journal Le Sentier (Saint-Hippolyte).

 

1 La première réserve créée en 2011 porte le nom de Réserve naturelle du Parc-des-Falaises, secteur Gagné-Baulne-Labonté; la deuxième réserve portera le nom de Réserve naturelle du Parc-des-Falaises, secteur Olivier-Charron-Marcotte. Les deux réserves doivent porter des noms différents pour être dûment enregistrées à la Commission de toponymie du Québec.

Auteur de l'article