Lac de l'Achigan

Lac de l’Achigan : Mesure de transparence 2017

Apla

Depuis 2010, dans le cadre de notre participation au Réseau de surveillance volontaire des lacs (RSVL) nous prenons des mesures de la transparence de l’eau pour les stations A, B et C et depuis 2015 pour les stations D et E. Ces mesures nous permettent d’évaluer, en combinaison avec d’autres facteurs, le niveau de vieillissement du lac. La transparence de l’eau diminue avec l’augmentation de la quantité d’algues microscopiques en suspension dans l’eau du lac. Les lacs oligotrophes ont une eau très claire et sont considérés comme jeunes. À l’opposé, les lacs eutrophes sont caractérisés par une faible transparence de leur eau et sont considérés âgés. Entre les deux, il y a les lacs mésotrophes.

Les résultats des mesures de transparence 2017 sont légèrement inférieurs à l’an dernier et situent le lac de l’Achigan dans la zone oligomésotrophe avec une eau claire. Ce qui signifie que le processus de vieillissement du lac est amorcé. Il ne peut pas être arrêté, mais seulement ralenti d’où l’importance de poursuivre nos efforts pour le protéger. Les résultats sont disponibles sur notre site.
Votre équipe de l’APLA

www.aplaweb.ca
courriel:info@aplaweb.ca



L’APLA vous remercie

Apla

Juste un petit mot afin de remercier les résidants de Saint-Hippolyte lesquels, suite à l’alarme que nous avions sonnée concernant la Renouée japonaise lors d’une publication antérieure, ont compris l’importance d’arrêter la progression de cette plante exotique envahissante en la coupant.

Nous tenons à vous informer que cette plante exotique, par sa forte progression, fragilise les écosystèmes et la biodiversité et ainsi, se répercute sur l’ensemble des conditions physiques, chimiques et biologiques dont dépend la vie des espèces végétales et animales. Les plantes indigènes font partie de l’équilibre de nos écosystèmes et elles nourrissent les insectes, les oiseaux, les animaux, les poissons et les micro-organismes dans le sol. Il est capital de comprendre que les plantes exotiques ne jouent aucunement le rôle de garde-manger pour la faune.

Un suivi rigoureux Le printemps est à nos portes! Ainsi, nous vous invitons à faucher cette plante envahissante aussitôt qu’elle aura atteint 30 cm ou 12 pouces et de répéter cette opération autant de fois qu’il sera nécessaire. Il est important d’assurer un suivi rigoureux. Je vous invite à consulter le site de la Municipalité de Saint-Hippolyte dans la section Service aux citoyens / Environnement / Renouée japonaise. Avec de la patience et de la bonne volonté, nous vaincrons!

Patrick Emond, technicien horticulteur, directeur à l’APLA

Paru le 06/09/2017