Lac de l'Achigan

De nouveaux phénomènes mettant en péril la qualité de l’eau du lac de l’Achigan ont fait leur apparition récemment

Apla

L’assemblée générale eu lieu le 17 juin dernier au camp Bruchési. Plus de 75 membres étaient présents. Le maire Bruno Laroche, le conseiller Bruno Allard ainsi que l’Agent Richard Lebel de la Sûreté du Québec ont également participé à la rencontre et répondu aux questions des membres. Voici les faits saillants de cette assemblée :

Conférence de Patrick Émond, horticulteur et professeur titulaire à l’école d’horticulture de Montréal, sur l’inventaire et la caractérisation des plantes aquatiques sur le littoral du lac de l’Achigan :
- 70 % de l’apport du phosphore dans le lac provient des forêts et milieux humides.
- Les populations de plantes aquatiques nocives sont apparues principalement à cause de l’érosion dans le bassin versant du lac qui y apporte des sédiments propices à leur croissance et le « fauchage » des plantes (ex. : myriophylle à épis) par les bateaux qui les multiplie.
- Il ne faut pas les arracher parce qu’elles ont plusieurs rôles importants à jouer pour la santé du lac.
- La quantité de plantes aquatiques peut diminuer grâce à une bonne gestion des eaux de ruissellement, l’installation d’îlots flottants et en navigant avec précaution aux endroits où il y a des plantes.
- Renouée japonaise : installation d’affichettes de sensibilisation et rencontre des propriétaires de terrain où il y en a.


Financement : En 2016-2017, l’APLA a pu compter sur les généreuses donations de ses membres ainsi que sur une subvention municipale. Cette année encore, l’APLA sollicitera la municipalité à nouveau pour une subvention en présentant plusieurs projets pertinents à cet effet. Entre autres, un projet de tournage de quatre capsules vidéo de sensibilisation sur différents sujets : plantes aquatiques, renouée japonaise, eaux de ruissellement et bonnes pratiques nautiques.

Sécurité nautique :
- La municipalité a engagé une firme spécialisée en surveillance nautique (Delta) pour patrouiller sur le lac.
- La Sûreté du Québec sera également présente.
- L’Agent Lebel a insisté sur l’importance de signaler à la police le plus rapidement possible toute infraction commise sur le lac, que ce soit la conduite dangereuse ou la nuisance par le bruit. Même s’ils ne sont pas en patrouille sur le lac, ils peuvent le constater de la rive.
- Wake surf : Une évaluation des zones du lac réservées à ce type d’activité sera effectuée pour la saison 2018 afin de mieux protéger les rives tout en permettant aux amateurs de ce sport de le pratiquer.

Votre équipe de l’APLA

www.aplaweb.ca
courriel:info@aplaweb.ca



L’APLA vous remercie

Apla

Juste un petit mot afin de remercier les résidants de Saint-Hippolyte lesquels, suite à l’alarme que nous avions sonnée concernant la Renouée japonaise lors d’une publication antérieure, ont compris l’importance d’arrêter la progression de cette plante exotique envahissante en la coupant.

Nous tenons à vous informer que cette plante exotique, par sa forte progression, fragilise les écosystèmes et la biodiversité et ainsi, se répercute sur l’ensemble des conditions physiques, chimiques et biologiques dont dépend la vie des espèces végétales et animales. Les plantes indigènes font partie de l’équilibre de nos écosystèmes et elles nourrissent les insectes, les oiseaux, les animaux, les poissons et les micro-organismes dans le sol. Il est capital de comprendre que les plantes exotiques ne jouent aucunement le rôle de garde-manger pour la faune.

Un suivi rigoureux Le printemps est à nos portes! Ainsi, nous vous invitons à faucher cette plante envahissante aussitôt qu’elle aura atteint 30 cm ou 12 pouces et de répéter cette opération autant de fois qu’il sera nécessaire. Il est important d’assurer un suivi rigoureux. Je vous invite à consulter le site de la Municipalité de Saint-Hippolyte dans la section Service aux citoyens / Environnement / Renouée japonaise. Avec de la patience et de la bonne volonté, nous vaincrons!

Patrick Emond, technicien horticulteur, directeur à l’APLA

Paru le 08/07/2017