ART
Lyne BouletLyne Boulet

Youkali - Jardins de rêves


Patricia et Ginette Marcotte dans le jardin 
des oiseaux -Sculpture en springstone de Menjengenja Innocent intitulée Manchots

12 août 2017. Un lancement de livre pour financer une cause sociale. Un jardin enchanteur, ouvert, l’espace d’un après-midi, à un groupe restreint de privilégiés. Germe du projet.

Luc Paquet et Ginette Marcotte possèdent une grande propriété au bord du lac Ogilvy à Saint-Hippolyte. En 2003, ils décident de la réaménager. Au fil des ans s’y épanouira une série de magnifiques jardins habités de sculptures.

André Desjardins, sculpteur de l’œuvre et Luc 
Paquet - Sculpture en bronze intitulée Recevoir

Les protagonistes du projet
Luc Paquet s’investit depuis plus de 10 ans dans l’aménagement de ses jardins. « C’est un visionnaire », dit sa conjointe. Le terrain est accidenté et recouvert de rochers qui font partie intégrante de l’histoire géologique de la région. Il veut donc créer des jardins qui respectent l’environnement naturel des lieux. Ginette Marcotte collabore bénévolement depuis plusieurs années à l’Auberge Madeleine, maison d’hébergement pour femmes itinérantes de Saint-Jérôme. Patricia Marcotte, nièce de Ginette, aime prendre des photos dans les jardins. Luc Paquet lui propose, un jour, de les photographier au gré des quatre saisons.


Et pourquoi pas un livre?
Patricia fait un album de ses photos. Un éditeur visite les lieux, voit les photos, propose d’en faire un livre. Ginette et Patricia se mettent à la tâche, Ginette à l’écriture, Patricia à la photographie. Elles vont chercher les appuis nécessaires pour s’assurer de la réussite du projet. Elles s’y consacrent avec enthousiasme, ne rechignent pas à la tâche, retouchent et peaufinent. Le livre Youkali - Jardins de rêves est publié à tirage limité. On y découvre de superbes photos des jardins. D’ailleurs, la seule évocation de leurs noms fait rêver : le jardin des oiseaux, le jardin sacré, le jardin des êtres parmi les hêtres, etc. Le texte est d’une grande qualité. S’y marient à merveille image et poésie. @TX:On y apprend comment Luc a eu un coup de cœur pour les sculptures shonas du Zimbabwe qui peuplent maintenant une grande partie de ses jardins. Bref, on y découvre le monde enchanteur de Luc et Ginette, leur Youkali. Tous deux sont bien conscients qu’ils ont réussi à créer un havre de paix. Ils l’ont appelé Youkali parce que les paroles de cette chanson (1) reflétaient tout à fait leurs sentiments : « Youkali, c’est le pays de nos désirs; Youkali, c’est le bonheur, c’est le plaisir; Youkali, c’est la terre où l’on quitte tous les soucis ».


L’Auberge Madeleine
« C’est la troisième activité de financement liée au lancement du livre Youkali- Jardins de rêves depuis le printemps, indique Michelyne Cyr, directrice générale de l’Auberge Madeleine. C’est un apport financier important pour la maison. Nous recevons 26 femmes à la fois pour un total de 250 chaque année. Avec les fonds amassés lors des deux premières activités, on a recueilli assez d’argent pour nourrir les femmes hébergées à l’Auberge pendant 10 mois ».


Il est possible de se procurer cet ouvrage en contactant :
:ginettemarcotte634@gmail.com. On demande un don pour l’Auberge Madeleine, pour lequel un reçu pour fins d’impôt sera remis. La valeur marchande du livre est de 55 $. Une fois lu et feuilleté à satiété, n’hésitez pas à le déposer bien en vue dans votre salon : il fera aussi rêver vos invités, en attendant que vous puissiez les emmener visiter ce lieu hors du commun, ouvert au public deux fois par année, en juillet et en août.

lboulet@journal-le-sentier.ca

Photos: Bélinda Dufour




Manon Tawel

« Les gardiens silencieux » Un univers fascinant écrit par Martine Cyr


crpf

Le 27 août, au bistro Le Mouton Noir à Val-David, avait lieu le lancement du livre de Martine Cyr Les gardiens silencieux, journal d’une passionnée. C’est sous un soleil radieux et une convivialité des plus charmantes que cette auteure laurentienne nous présentait son premier livre, son journal de bord, comme elle se plaît à le dire. Cet ouvrage, tel un bijou, ne pouvait être mieux présenté que dans son écrin naturel, qui est la région des Laurentides.

Martine Cyr, une observatrice passionnée
Cette artiste multidisciplinaire, originaire des Îles-de-la-Madeleine, a passé des journées, des années d’observation en solitaire. Elle nous offre ce vécu à travers son récit. Humour, sensibilité et poésie seront ressentis au fil des textes et des tableaux que Martine a peint et qui nous sont présentés dans son livre. À travers son manuscrit, elle nous invite à l’accompagner durant douze mois afin de mieux en apprendre sur les marécages, ces marais si mal connus. Ses douze tableaux qui sont ainsi reproduits sont accompagnés de magnifiques textes habillés, de l’amour et du respect que Martine porte à son environnement. Une invitation à redécouvrir un monde à la fois si près et si loin de nous. Les gardiens silencieux est le titre évocateur des grands arbres morts restés debout et qui peuplent les grands marécages. Femme de coeur et artiste dans l’âme, Martine a foi en ses convictions et en la nature. Depuis cinq ans elle visite les marécages qui lui ont inspiré ses textes et les superbes tableaux qu’elle a peints. Martine fut récipiendaire, en tant qu’artiste peintre pour le Prix Excellence Florence-Landry, lors de l’exposition Montagne-Art de Saint-Hippolyte, en 2011. Ses oeuvres furent exposées en Amérique et en Europe et à travers le Québec, où elle donne également des conférences.

crpf

Son livre : Une offrande à l’amour de la nature et de ses richesses
Magnifique recherche autant par ses images que par ses textes, Martine nous fait prendre conscience presque à notre insu que là, tout près, la vie dans les marais a besoin de notre attention. L’univers des milieux humides, incluant la flore et la faune sont intrinsèquement liés à notre survie à tous. À souligner la qualité exceptionnelle de cet ouvrage publié aux Éditions du Grand Élan. À propos de son éditrice Marie Blanchard, l’auteure a confié lors de son lancement « Je tiens à remercier Marie qui a respecté ma façon d’écrire. C’était très important pour moi. Mon récit se veut un partage artistique et non alarmiste. » Lors de notre rencontre j’ai demandé à Martine : Quelle est l’empreinte qu’elle désirait laisser avec ce livre ? « Prendre conscience que les marécages existent. Je me sens comme un agent de liaison afin de divulguer la beauté méconnue des marais. » L’auteur compositeur interprète Richard Desjardins lui offre un court texte en guise d’introduction. Le réputé cinéaste et renommé chef d’expédition en régions arctiques et antarctiques Mario Cyr lui signe une superbe préface. D’ailleurs c’est au Bistro Alpha des Îles-de-la-Madeleines appartenant à ce dernier que Martine a fait son tout premier lancement.

La conclusion sans la fin …
En terminant la lecture des Gardiens silencieux il n’y a aucun doute, ces derniers feront beaucoup parler d’eux grâce à leur ambassadrice Martine Cyr ! Le vernissage de ses tableaux avait lieu le 2 septembre dernier à la petite gare de Val-David. On pourra aller les admirer également durant tout le mois de septembre.
On peut se procurer ce petit chef d’oeuvre à la librairie Arlequin de Saint-Sauveur au 4, rue Lafleur, à l’atelier de Martine au 2483, rue de L’Église à Val-David et en visitant la page Facebook de Martine où d’autres endroits y figurent : Martine Cyr Projet Marécages


mtawel@journal-le-sentier.ca

Photos: Jean-Marie Thibert




Manon Tawel

Roger Chartier et sa passion du portrait!


crpf

Pour le portraitiste Roger Chartier rien de tel qu’un chevalet et des pinceaux pour le rendre heureux.

Ses portraits à l’huile témoignent de sa passion pour tout ce qui a trait aux visages, aux expressions, mais par-dessus tout, les yeux apportent un attrait particulier pour la réalisation de ses toiles. On se souviendra que M. Chartier avait remis en cadeau, à Sœur Angèle, son portrait peint à l’huile, lors du Gala de Musithéatre paru dans l’édition de juin de notre journal.

crpf



Un portraitiste haut en couleur
Montréalais de naissance, Roger Chartier a trois ans quand son père construit le chalet familial et saisonnier à Saint-Hippolyte. En 1974, il devient résident permanent et par le fait même Hippolytois. Ses parents dessinaient beaucoup et d’aussi loin qu’il se rappelle, lui-même avait un grand intérêt pour cette activité. Au fil des ans, cet engouement s’est développé et cherchant à se perfectionner, il suit un cours avec un renommé professeur spécialisé en portraits. Depuis maintenant onze ans Roger a peint une dizaine de portraits de visages connus tels que : Céline Dion, le chanteur Claude Dubois, la chanteuse Ima ou Sœur Angèle. Mais nul besoin d’être une personnalité publique, car c’est avec plaisir que Roger fera votre portait sur demande!

crpf

Sa technique pour son art
En discutant avec cet artiste du visage, il m’explique sa façon de procéder devant la toile vierge « premièrement je dessine à la mine très pâle le visage, ensuite je vaporise du fixatif et avec de la peinture blanche je peinture ma toile au complet. Je débute en peinturant la figure, le fond de la toile et je termine par les cheveux. Je mets beaucoup l’emphase sur les yeux, particulièrement sur leur maquillage ». À ce sujet il me confie qu’à l’occasion il maquille sa conjointe, afin d’expérimenter certaines techniques et ainsi les transposer sur ses toiles. Il a aussi une préférence pour les portraits de femmes, car les traits sont plus délicats et cela est plus attrayant à faire me dira-t-il avec un petit rire dans la voix. Il faut calculer de 80 à 160 heures pour la réalisation d’une toile dépendamment des détails. Il est également caricaturiste à ses heures et par définition ce dernier a pour but d’accentuer les traits avec humour. Portrait et caricature font donc partie de l’univers de ce peintre qui saura mettre un visage sur votre nom! Vous avez envie d’offrir un portrait à l’un de vos proches ? Roger Chartier n’aura besoin que d’une photo pour réaliser son œuvre et ainsi immortaliser un visage que vous aimez.
Pour infos contactez :
wogerchart1331@hotmail.com


lboulet@journal-le-sentier.ca

Photos: André Chevrier